Blog

La motivation vient après l’action !

La motivation vient après l’action ! En agissant même un petit peu, on peut créer un élan de motivation qui nous poussera à agir encore plus.

Souvent, lorsqu’on a un devoir à effectuer, une plaquette de Td ou tout simplement nos cours à apprendre, on n’a pas forcément envie de s’y mettre. On n’a pas forcément envie de travailler. On a envie de tout faire sauf travailler. Ce qui est tout à fait normal !

L’erreur est de se dire que demain ça ira mieux, ou qu’on s’y mettra quand on se sentira mieux. C’est une difficulté que j’ai remarqué chez beaucoup d’étudiants. Ils attendent que ça passe avant de se mettre au travail. Ils attendent un déclic. Ils attendent d’être motivés pour pouvoir travailler. Ils se disent que demain ou après-demain, ils se sentiront plus motivés pour travailler. La difficulté est que cette motivation, ce déclic qui fera que vous aurez constamment envie de travailler n’arrivera pas au bon moment.

La plupart du temps, c’est au dernier moment qu’on se met à réviser ou qu’on se met à faire son commentaire d’arrêt ou sa plaquette de Td tout simplement parce que la veille on n’avait pas envie de la faire, on n’avait pas envie de s’y mettre.

Et on voit sur facebook des étudiants postés à 2h du matin avant leur Td ;

Yes, j’ai enfin fini ma plaquette !

C’est tout  fait normal de ne pas forcément avoir envie de réviser ou de faire sa plaquette de Td.

L’erreur est de reporter le moment où on fera son travail parce qu’en réalité cette motivation ne viendra qu’au dernier moment. Et cette motivation à travailler ne vient au dernier moment que parce qu’on a peur de ce qui pourrait arriver en Td, si on n’a pas préparé son travail au minimum.

Par exemple, souvent un étudiant devant sa plaquette de Td se dit qu’il l’a fera lundi pour la finir en avance avant le jour de son Td. Mais irrémédiablement, il finira sa plaquette la veille de son Td.

C’est un étrange phénomène que l’on retrouve chez la plupart des étudiants. Ils se disent toujours qu’ils finiront en avance et finissent leur travail la veille. De même, pour les examens, on fait souvent un planning qu’on ne tient pas, et on finit ses révisions la veille.

Cet étrange phénomène vient de la tendance à reporter ce qu’on doit faire à plutard. Certains appellent ça la procrastination, c’est-à-dire, la tendance à remettre au lendemain.

C’est un mal qui touche énormément de personnes, pas seulement les étudiants.

Tout simplement parce que sur le coup, on ressent plus de plaisir à faire tout autre chose qu’à se mettre au travail. Même regarder un documentaire à la télé ou faire le ménage devient plus important que de travailler. Mais la difficulté est qu’on n’avance pas sur son travail. On finit par reporter ce travail qu’on doit faire jusqu’à la veille des examens ou de son Td. La veille de son Td, on commence à stresser, à avoir peur de la sanction que ce méchant chargé de Td, et certains ou certaines le sont vraiment, pourrait nous infliger si on n’a pas réalisé notre plaquette.

Comme on commence à stresser, travailler devient plus plaisant que de faire tout autre chose.

Le plus important est de s’en rendre compte de cet étrange phénomène.

Certains ne s’en rendent même pas comptes.  Ils finissent même par se convaincre qu’en réalité c’est juste qu’il travaille mieux à la dernière minute. Comme si travailler à la dernière minute permettait de rendre le meilleur travail qu’ils sont capables de faire. Alors que finir en avance son travail permet de le revoir et le perfectionner suffisamment !

Ce phénomène vient du fait que sur le coup, on n’avait pas envie de travailler. On ne se sentait pas motivé pour réaliser cette plaidoirie en droit des obligations, ce commentaire d’arrêt, à apprendre son cours de droit administratif et la veille par peur de ce qui pourrait arriver (ne pas avoir son année, avoir une mauvaise note, se faire interroger par le chargé de td ou autre), on est tout d’un coup hyper motivé.

A défaut de cette motivation qui a pour origine la peur, le stress ou l’anxiété, naturellement on se dit qu’on s’y mettra quand on se sentira mieux.

Alors que la motivation peut aussi venir après le travail. Il ne faut pas attendre d’être motivé pour se mettre au travail, sinon on finira par commencer à bosser la veille de son Td ou de son examen. En s’y mettant, en ne tenant pas compte du fait qu’on n’a pas envie de travailler sur le coup et en travaillant ne serait-ce qu’un peu, bizarrement, on peut commencer à avoir envie de travailler, à être motivé. Tout simplement parce que le fait de se dépasser un tout petit peu nous donne un coup de motivation.

Souvent lorsque je suis pris de flémingite aigue, et oui, ça arrive à tout le monde, je me dis que je vais travailler juste un tout petit peu, c’est-à-dire, une trentaine de minutes même pas. Si après ça, je n’ai toujours pas envie de travailler, je pourrais faire autre chose.

Mais souvent par miracle, en travaillant juste 30 minutes, je me rends compte que ce n’est pas si terrible que ça. J’ai peut être avancé un peu dans mon travail. Je me dis alors pourquoi ne pas encore continuer une trentaine de minutes.

Je ne fais vraiment pas plus ! Juste 30 minutes. Ce qui est étrange, c’est qu’au bout des 30 minutes, j’ai d’un coup plus envie de travailler. J’ai un peu plus envie de travailler !

Tout simplement parce que la motivation peut également venir de l’action. Tant qu’on n’agit pas, on n’a pas forcément envie de faire quoi que ce soit. En agissant, même un tout petit peu, on accomplit quelque chose. Même si cet accomplissement est infime, il peut nous donner une légère motivation qui nous permet de travailler encore un peu plus.

De cette petite motivation, on peut travailler encore un peu plus et accomplir encore plus de choses.

Souvenez-vous que la motivation peut aussi venir après l’action. Vous n’avez pas besoin d’attendre la veille d’un examen ou d’un Td pour le commencer et le terminer. Même si sur le coup vous n’avez pas forcément envie de travailler, peut-être dans une trentaine de minutes, vous serez plus motivés !

 

Soyez le premier à publier un commentaire.